Les synopsis imaginaires de Cannes 2018

La liste de films en course pour la Palme d'Or vient d’être annoncée par Thierry Frémaux et, en dehors des quelques infos lâchées pendant la conf de presse par le délégué général du Festival de Cannes, on n’a pas la moindre idée de ce dont parlent ces films.

Alors oui, on pourrait faire des recherches, fouiller l’internet mondial en quête de vagues pitchs, mais on préfère se garder la surprise. En attendant de voir les films, sur la seule base des titres et de ce qu’on sait des cinéastes sélectionnés, voici nos synopsis imaginaires du Festival de Cannes 2018 :

🇫🇷 En Guerre, de Stéphane Brizé – 1h45
Vincent Lindon, cégétiste moustachu dans la métallurgie, mène une bataille sans merci contre le patronat. Sur son casque de chantier, l'inscription « Born to kill my boss » au Velleda rend subtilement hommage à Kubrick, cinéaste préféré de son fils tétraplégique.
🇮🇹 Dogman, de Matteo Garrone – 2h00
Giuseppe Pestoni, timide courtier en assurances, apprend que sa femme le trompe avec son garagiste. Un soir de cuite, il se fait mordre sur un parking par un chien errant. Il se sent alors investi d'une mission : faire régner l'ordre et la justice dans les ruelles de Naples.
🇫🇷 Le livre d'image, de Jean-Luc Godard – 1h30
L'image du livre ou l'ivresse du mage ? Plongée dans la crise syrienne ponctuée d'onomatopées et de virgules ; jusqu'où le cinéma ?
🇯🇵 Netemo Sametemo (Asako I & II), de Ryusuke Hamaguchi – 1h59
À ses heures perdues, un jeune ingénieur de chez Mitsubishi conçoit un robot en forme de crabe nommé Asako. Pendant son sommeil, sa création met au point une version plus perfectionnée d'elle-même, Asako II, avec laquelle elle va s'échapper et explorer la nuit tokyoïte.
🇫🇷 Plaire aimer et courir vite, de Christophe Honoré – 2h12
Louis Garrel chante nu des chansons paillardes de l'antiquité grecque en se livrant à une série de performances athlétiques, sous le regard amusé de ses muses, Agathe Bonitzer et Grégoire Leprince-Ringuet.
🇫🇷 Les Filles du soleil, d'Eva Husson – 2h00
Documentaire sur les nanas de la chanson « Y a du soleil et des nanas, darla dirladada » et leur engagement dans le conflit kurde.
🇨🇳 Ash is purest white, de Jia Zhang-Ke – 2h30
Les destins croisés de trois mineurs chinois qui, par un concours de circonstances, vont se retrouver engagés dans un vaste trafic de cocaïne.
🇯🇵 Shoplifters, de Hirokazu Kore-Eda – 2h01
Kiyoshi Satamuraï, 73 ans, passe ses journées dans les boutiques du quartier d'Akihabara à Tokyo. Un jour, il surprend une bande de jeunes en train de dérober des figurines et des cartouches de jeux vidéo rétros. Fasciné, Kiyoshi ne va plus les lâcher d'une semelle.
🇱🇧 Capharnaüm, de Nadine Labaki – 2h30
Une mère de six enfants a un peu plus de deux heures pour mettre de l'ordre dans son appartement à Beyrouth avant l'arrivée de sa belle-mère.
🇰🇷 Buh-Ning, de Lee Chang-Dong – 2h28
À la fin de ses jours, un vieux poète passe une après-midi d'été à chercher une rime en « ning ».
🇺🇸 Blackkklansman, de Spike Lee – 2h08
Dans les années 1970, Theodore Freeman, un père de famille afro-américain infiltre une section du Ku Klux Klan.
🇮🇷 Three Faces, de Jafar Panahi – 1h24
Un surprenant remake iranien des Trois Stooges. Hilarant et poignant.
🇵🇱 Zimna Wojna, de Pawel Pawlikowski – 1h25
Prise de remords, une infirmière nazie songe au suicide dans la campagne polonaise.
🇮🇹 Lazzaro Felice, d'Alice Rohrwacher – 2h10
Une famille fabrique du fromage de chèvre dans les Alpes italiennes quand un industriel milanais propose de racheter le troupeau.
🇪🇬 Yomeddine, d'A.B. Shawky – 1h37
Yomeddine El Karoui, qui rêve de faire carrière dans le stand-up, écume les comedy clubs du Caire mais a toutes les peines du monde à faire rire les spectateurs. La lèpre dont il est atteint serait-elle la cause de ses échecs ?
🇷🇺 Leto, de Kirill Serebrennikov – 2h00
Dans une atmosphère de fin du monde caniculaire, de jeunes activistes russes préparent un coup d'état en récitant du Tchekhov.
🇫🇷 Un Couteau dans le coeur, de Yann Gonzalez – 1h50
Productrice de pornos gays, Vanessa Paradis s'endort dans un train et rêve d'anges poignardant des démons avec leur pénis sur du M83. Et oui, c'est bizarre, normalement les anges n'ont pas de sexe.
🇰🇿 Ayka, de Sergey Dvortsevoy – 1h40
Dans une yourte au Kazakhstan une matriarche prépare de la soupe pour toute la famille quand un inconnu s'invite au repas.
🇹🇷 Le Poirier Sauvage, de Nuri Bilge Ceylan – 3h08
Un intellectuel stambouliote se retire à la campagne dans la famille de son cousin après que sa femme l'a surpris avec une jeune étudiante. Il fait la rencontre d'un vieux paysan qu'il tente de convaincre des vertus philosophiques de l'adultère en préparant de la confiture de poire.

Inscrivez-vous à Calmos pour recevoir
la newsletter spéciale Cannes 2018 pendant le Festival :

Pour voir à quoi ressemble la newsletter, vous pouvez aussi consulter les archives...